Réformer la France #1 : supprimer l’ISF

La France a une fiscalité complètement absurde et l’ISF en est l’exemple typique. Le paradoxe est que cet impôt concentre tous les débats idéologiques alors qu’il représente moins de 0,5% (!) des recettes fiscales des administrations publiques. Qu’on le supprime ou qu’on le garde, les effets resteront donc faibles. Ce qui ne dispense pas d’une réflexion rationnelle permettant de montrer qu’il vaut mieux le supprimer. Lire la suite

Réformer la France : introduction

Image result for en marche

Il est toujours plus facile de critiquer que de proposer, dit l’adage. Et la France est remplie de ces intellectuels brillants quand il s’agit de critiquer, mais beaucoup moins diserts quand il s’agit de faire des propositions réalistes. Par exemple, il n’est pas nécessaire d’avoir étudié le sujet pendant des années pour faire une critique pertinente de l’Union européenne, de l’Education nationale ou du capitalisme. Avec deux sous d’esprit critique et quelques bonnes lectures, n’importe qui peut montrer que le capitalisme produit structurellement des crises, que l’euro ne marche pas bien, et que l’Education nationale remplit de moins en moins bien ses missions. Mais faire des contrepropositions crédibles est d’une autre exigence intellectuelle.

D’ailleurs, les anticapitalistes de tous bords sont bien en peine de donner un seul exemple historique de système anticapitaliste ayant fonctionné : c’est simple, il n’y en pas. L’économiste américain Paul Samuelson a étudié l’économie pendant près de 60 ans : il avait passé sa thèse dans les années 1930 (à l’époque de Keynes !) et est mort en 2009. D’après Alexandre Delaigue, qui lui a rendu un bel hommage (ici), « à 90 ans, en 2004, il publiait encore un article qui suscitait de nombreux commentaires sur l’évolution du commerce entre les USA et la Chine ». Paul Samuelson a profondément influencé la science économique, tant et si bien qu’il est largement considéré comme le meilleur économiste de la seconde moitié du XXème siècle. Or, quelques années avant de mourir, Samuelson a accordé une interview à une radio américaine. Que dit-il au sujet du capitalisme et du marché ? (la traduction est de moi, vous pouvez retrouver les propos ici) :

« J’étudie l’économie depuis des années. J’ai appris des choses. J’ai désappris beaucoup de choses mais je n’ai pas été capable de trouver dans toute l’histoire économique documenté un seul cas où une région impliquant des millions de personnes peut être gérée sans un recours important au marché ».

Notez qu’il précisait aussitôt qu’il n’était pas pour autant d’accord avec Milton Friedman et ne croyait pas au laissez-faire. Les échecs dramatiques et successifs des différentes variantes du communisme dans des pays aussi différents que l’URSS, le Cambodge, la Corée, et plus récemment le Venezuela ne font que confirmer ce que, génération après génération, montrent les économistes. Mais cela n’empêche visiblement pas la France d’être remplie « d’intellectuels » toujours prêts à retenter l’expérience. Ou plutôt à la tenter, car il faut dire que nous n’avons jamais connu de véritable gouvernement communiste, contrairement à l’Allemagne, la Pologne ou la Hongrie, autant de pays pays aujourd’hui notoirement anticommunistes. « Cette fois, ça va marcher », clament ces adeptes de la méthode Coué : admirateur de Staline dans les années 30, de Mao dans les années 60, de Chavez dans les années 2000, et de bien d’autres du même genre. Dans les années 2010, la gauche radicale française ne tarissait pas de louanges envers la politique du Venezuela, citant à l’appui la popularité de Chavez, les bons chiffres sur la pauvreté ou le chômage. Mais il est aisé d’être populaire quand on dépense comme si le pétrole était à 200$ le baril, alors qu’il est à 100. Cela s’appelle de l’économie populiste. N’importe quel maire d’une petite commune qui fait cela sera aisément réélu. Il est également facile de faire baisser le chômage en embauchant massivement dans la fonction publique, ou la pauvreté en augmentant massivement les aides sociales. Mais sans amélioration de la productivité du pays, ça ne peut être que temporaire. A la moindre turbulence, le système s’effondre.

L’économie n’est pas une science exacte, il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de lois y sont très bien établies. Comme par exemple la relation entre masse monétaire et inflation, entre inflation et mouvements de capitaux, entre productivité et production de richesse, entre production de richesse et taux de chômage. Seules les imbéciles avec des œillères intellectuelles peuvent les ignorer. Et quand ils le font, les conséquences sont dramatiques pour les peuples qu’ils prétendent défendre. Pénurie de tout, inflation massive, dégringolade de la productivité, marche vers l’autoritarisme : voilà le véritable bilan de Chavez et son héritier Maduro.

On pourrait faire le même genre de remarques à l’égard des souverainistes de droite : il n’est pas très difficile de montrer que l’euro est structurellement défaillant. Mais montrer d’une façon rigoureuse et intellectuellement satisfaisante que la sortie de l’euro serait préférable est une autre paire de manche. N’est-ce pas Marine Le Pen ?

C’est pour éviter ce travers de l’esprit critique qui ne propose rien que je me lance dans une série d’articles visant à faire des propositions pour réformer la France. Nous avons un Président explicitement réformateur qui aura vraisemblablement une majorité dimanche : le temps semble donc venu. Mes publications concerneront l’économie la plupart du temps, et en particulier la fiscalité, mais aussi l’éducation ou d’autres sujets. Je n’étonnerai personne en disant que la fiscalité me semble être le chantier prioritaire du quinquennat, bien plus que le droit du travail. Or, François Hollande a fait exactement ce qu’il ne fallait pas faire dans ce domaine. Que pourrait-on faire ? voilà la question.

Dans un souci de clarté, je réduirai l’argumentation au strict minimum, en renvoyant chaque fois que possible le lecteur à des sources plus approfondies. Les articles seront donc de format court ; les propositions seront les plus concrètes et réalisables possible. Pas de « il faut baisser les impôts » ou « il faut taxer les riches » chez moi. Cela étant dit, je mettrai en évidence les divergences idéologiques chaque fois que nécessaire. Mais je ne tiendrai aucun compte de l’axe droite gauche, c’est-à-dire que ne me soucierai pas de savoir si les propositions sont associées à la droite ou à la gauche. Ni plus que de savoir si elles sont révolutionnaires ou modestes. Seul le degré de faisabilité sera important, et évidemment la pertinence économique. Je ne m’engage pas sur un rythme de publication. J’essaierai aussi de tenir compte de l’actualité.

Une histoire des idées​ : les Modernes (3/4)

51Eq9t3-dkL._SX307_BO1,204,203,200_

Luc Ferry donne quatre auteurs et quatre dates qui illustrent le changement radical qui se fait jour en Europe à partir du XVIème siècle :

  • En 1543, Copernic publie La révolution des orbites célestes ;

  • En 1632, Galilée publie Les rapports de la Terre et du soleil ;

  • En 1687, Newton publie Les principes mathématiques.

Il y ajoute Descartes, qui publie Les principes de la philosophie en 1644, et dont on va parler dans un instant. Ces auteurs donnent le ton de ce qui engendrera, quelques décennies plus tard, le Siècle des Lumières en France, en Écosse, en Allemagne, avec Voltaire, Montesquieu, Rousseau, Kant, Hume pour la philosophie, Smith pour l’économie, Volta, Lavoisier, Lamarck pour les sciences. Cette révolution intellectuelle aboutira en une double révolution politique, d’abord américaine, puis française, à l’aube du XIXème siècle. Pourquoi ces trois auteurs ? Pourquoi trois scientifiques ? Parce qu’à eux trois, ils fondent rien de moins qu’une nouvelle theoria surpassant celle des Grecs, une nouvelle cosmologie, bref, une nouvelle description du monde. Lire la suite

Une histoire des idées​ : les Chrétiens (2/4)

Image result for luc ferry apprendre à vivre

Pourquoi évoquer une religion dans un ouvrage de philosophie ? Luc Ferry s’en justifie sur plusieurs pages, en considérant (à juste titre) que le christianisme n’est pas une philosophie, et même (c’est plus discutable) qu’il est fondamentalement antiphilosophique. Cependant, lui aussi apporte des réponses à la question qui anime tout philosophe, celle de l’échappement à l’angoisse de la mort. De plus, le christianisme a animé la vie intellectuelle de tout l’Occident pendant quinze siècles au moins, jusqu’à éclipser  largement la philosophie grecque, et l’ignorer en passant sans transition des Grecs à Descartes c’est faire preuve d’une grande ignorance historique. On va le voir, les idées issues du christianisme ont eu une influence considérable qui perdure encore aujourd’hui, au même titre que la philosophie grecque ; ne serait-ce parce qu’il y a plus d’un milliard de chrétiens…

Nous suivons le plan de Ferry : d’abord décrire la théorie, c’est-à-dire la façon dont le système analysé aborde la réalité. Cela correspond aux branches de la philosophie que sont l’ontologie (qu’est-ce que la réalité ? quel est le contenu de la réalité ?) et l’épistémologie (comment pouvons nous connaître la réalité ?). Ensuite décrire l’éthique, c’est-à-dire l’ensemble de ce qui a trait aux jugements de valeur. Enfin exposer les finalités, c’est-à-dire le type de salut proposé par le système en question.

Lire la suite

Une histoire des idées : les Grecs (1/4)

Image result for luc ferry apprendre à vivre

Les idées des économistes et des philosophes politiques, qu’elles soient vraies ou fausses, sont plus puissantes que ce qu’on croit souvent. En effet le monde est presque entièrement gouverné par elles. Les hommes pratiques, qui croient qu’ils sont eux-mêmes libres de toute influence intellectuelle, sont généralement les esclaves de quelques économistes défunts. John Maynard Keynes, 1936

Lire la suite

Quelques remarques post-élection

240_F_134099824_7zV2fN7kRqv71oTC1NrE5YufZzBQ5LV2

Quelques semaines plus tard, je voudrais livrer quelques réflexions éparses sur les enseignements du scrutin présidentiel. Ce qui étonnant, c’est la stabilité des phénomènes structurels alors que ce scrutin aura été inédit de part en part : une élection sous état d’urgence, où les deux grands partis présentent des candidats via une primaire, avec des affaires politiques en cascade, une gauche radicale à 20%, l’échec de la droite républicaine et l’effondrement du PS, le FN dépassant les 10 millions d’électeurs, puis l’arrivée au pouvoir du plus jeune président de la République depuis Bonaparte, président europhile et libéral assumé dans un contexte de raz de marée europhobe et antilibéral. Malgré des changements de cette ampleur, la validité des leçons classiques de la science politique est stupéfiante : Lire la suite